Domaine de Kerguéhennec – Saison 2018

Domaine de Kerguéhennec – Saison 2018

Niché au milieu des bois et des champs de blé de la Bretagne sud, le Domaine de Kerguéhennec abrite un centre d’art contemporain associé à des résidences d’artistes. Sa programmation ouvre un dialogue fécond entre art, architecture et paysage et dément l’opposition moderniste entre nature et culture. De juillet à novembre, les quatre expositions personnelles de Levi van Veluw, Edmond Quinche, Marc Couturier et Roland Cognet, ainsi que les architectures paysagères d’Edouard Sautai et de Guillaume Babin définissent différents espaces de rencontre entre les oeuvres, leur public et leur environnement.

Premier parc de sculptures contemporaines en France, il offre un écrin de choix aux architectures mobiles d’Edouard Sautai et de Guillaume Babin. Les deux artistes en résidence pendant plusieurs mois questionnent les usages du parc. Reprenant des typologies de l’architecture paysagère (kiosque, solarium, etc.), elles sont destinées à être utilisées comme des sites d’observation et des espaces de repos. Les Repères de Guillaume Babin viennent ponctuer le paysage de formes géométriques étonnantes et inciter les visiteurs à marquer une pause dans leur parcours. Les Capsules d’Edouard Sautai sont quant à elles conçues comme des dispositifs de concentration sur le paysage. Elles viennent « faire station » et arrêter les promeneurs à des endroits imprévus. Leur structure en bois créé des fenêtres d’où regarder le monde, de nouveaux cadres pour de nouvelles perspectives. Au centre, la table ronde est une invitation au partage de repas et de paroles.

Près de l’entrée du château et dans le bassin de la cour d’honneur, deux sculptures de Roland Cognet nous accueillent. Plusieurs troncs d’arbres découpés dans leur longueur et fixés sur des dalles irrégulières en métal rose pâle forment un assemblage monumental au milieu duquel se faufiler. Plus loin, un loup dont la silhouette rappelle celle de sa célèbre consoeur romaine semble regarder en direction de l’un de ses pairs, logé dans une des salles du château. Ce dernier, daté du XVIIIème siècle a été bâti sur les ruines d’un espace domanial occupé depuis le Moyen Age. Des espaces d’exposition et d’atelier pour les enfants occupent désormais ses salles.

A l’étage, l’exposition de Levi van Veluw plonge le visiteur dans une atmosphère confidentielle et contemplative. Les installations, disposées dans des alcôves selon un schéma presque labyrinthique, ont été pensées pour offrir aux visiteurs un moment d’immersion et d’intimité devant les oeuvres. Leurs yeux à peine accoutumés à l’obscurité, ils se laissent guider par la faible luminosité qui indique la présence des objets. Devenus explorateurs, ils découvrent un univers étrange et élaborent progressivement la fiction qui structure leur expérience.

Dépositaire du fonds Tal Coat, le Domaine de Kerguéhennec propose une exposition de quelques dizaines d’oeuvres de l’artiste, mises en regard avec celles de l’un de ses contemporains et amis, Edmond Quinche. Dans une scénographie épurée, les gravures du premier, inédites ou rarement exposées auparavant, font face aux dessins du second. Bien que singulières, les pratiques des deux hommes sont liées par un même rapport au monde et à la nature. Fondées sur une perception profonde de leur environnement, elles emploient la matière graphique comme un matériau à triturer et d’où faire émerger le sens.

D’autres oeuvres de Roland Cognet sont disposées dans les anciennes écuries converties en espace d’exposition pour sculptures et installations. Première partie du château à avoir accueilli de l’art contemporain, cet espace blanc refait à neuf ne laisse rien deviner des activités qu’il abritait auparavant. Ses sculptures monumentales subliment le bois naturel dont elle sont faites. L’artiste auvergnat récupère des troncs d’arbre tombés en forêt ou délaissés par l’industrie pour leur donner une seconde vie. La découpe raffinée des éléments qui lui sont associés, souvent en métal et recouvert d’une couche de peinture uniforme de couleur vive ou pastel, contraste fortement avec le bois laissé brut ou recouvert d’une patine naturelle. Loin de l’esthétique industrielle de ces éléments métalliques, les rainures, les fentes et les écailles des troncs sont autant de motifs à apprécier pour leurs formes plastiques.

Dans le cadre de l’Art dans les chapelles, Marc Couturier a investit l’ancien lieu de culte du château. Puisant son inspiration dans la nature environnante, il recouvre les vitraux de l’ancien lieu de culte d’un collage de constellations bleues, vertes et jaunes. La transparence du matériau laisse passer la lumière à l’intérieur de l’édifice et donne l’impression qu’il est enveloppé par d’épais feuillages. Elle laissent la chapelle dans une pénombre qui rend difficile de percevoir les détails du dessin réalisé sur le mur du choeur. Alors qu’il est difficile d’y reconnaitre des formes connues lorsqu’on le regarde de près, un paysage de la Renaissance italienne apparaît en se reculant. L’artiste s’inspire de la technique du dessin automatique pour questionner le processus de création. Avec son Dessin du troisième jour, il fait référence au passage de la Genèse où le Dieu chrétien créé les végétaux avant de créer la lumière (Quatrième jour).

Le Domaine de Kerguéhennec, inscrit au titre des monuments historiques, réussit à marier harmonieusement patrimoines ancien et contemporain. Au coeur de son identité, la notion d’environnement se poursuit dans la sélection des artistes avec un intérêt pour les questions concernant l’espace et la manière dont il est occupé par la matière. Privilégiant la sensation plutôt que les longs discours, sa programmation laisse au visiteur la possibilité de se constituer sa propre expérience du lieu et favorise une proximité avec les objets et leur environnement. Regrettons simplement la présence d’artistes femmes dans cette sélection qui se veut ouverte à toutes les réflexions sur notre rapport à l’action de l’être humain sur le monde.

Texte Ida Simon © 2018 Point contemporain

Visuel de présentation : Domaine de Kerguéhennec © Abdrone

 

Infos pratiques

Domaine de Kerguéhennec
Une propriété du Département du Morbihan

56500 Bignan

02 97 60 31 84

www.kerguehennec.fr/

 

LIRE PLUS D’ARTICLES

 

Levi van Veluw, détails de l'installation The relativity of matter, 2015 © Olivier Hamery
Levi van Veluw, détail de l’installation The relativity of matter, 2015 © Olivier Hamery

 

Levi van Veluw, détail de l'installation The relativity of matter, 2015 © Olivier Hamery
Levi van Veluw, détail de l’installation The relativity of matter, 2015 © Olivier Hamery

 

Guillaume Babin, Simulation de Repaires © Guillaume Babin
Guillaume Babin, Simulation de Repaires © Guillaume Babin

 

Edouard Sautai, Capsule Mobile d’observation, 2013 © Edouard Sautai
Edouard Sautai, Capsule Mobile d’observation, 2013 © Edouard Sautai

 

Edmond Quinche, L’Enlèvement, crayon lithographique © Le Cahier dessiné n°10 2015
Edmond Quinche, L’Enlèvement, crayon lithographique © Le Cahier dessiné n°10 2015

 

Roland Cognet, vue de l’installation dans les écuries du Domaine de Kerguéhennec, 2018 © Ida Simon
Roland Cognet, vue de l’installation dans les écuries du Domaine de Kerguéhennec, 2018 © Ida
Simon

 

Marc Couturier, détail de Dessin du troisième jour, chapelle du Domaine de Kerguéhennec, 2018 © Ida Simon
Marc Couturier, détail de Dessin du troisième jour, chapelle du Domaine de Kerguéhennec,
2018 © Ida Simon

 

Domaine de Kerguéhennec – Saison 2018
5 (100%) 5 votes



RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn