DONATO PICCOLO À LA GALERIE ITALIENNE

DONATO PICCOLO À LA GALERIE ITALIENNE

Conçue comme une exposition rétrospective, LA GIOCONDA CHE CAMMINA met en perspective les travaux de peintures, dessins, installations et sculptures animées de Donato Piccolo. Une exposition non pas seulement visuelle mais qui résonne, crisse, fait entendre les cliquetis des automates créés par l’artiste, s’anime et interagit avec la présence des visiteurs.

La technologie n’est pas une fin en soi pour Donato Piccolo, elle fait partie des outils dont use l’artiste pour donner vie à la matière, ou pour être plus précis révéler la vie de toute matière et création. Il nous montre aussi la part que tout créateur, artisan, artiste, technicien ou informaticien inscrit consciemment ou inconsciemment dans toutes les étapes du processus de création. Une création est un prolongement de la chair, d’un désir, d’un mouvement naturel de la vie. L’exposition rappelle combien l’artiste a cette capacité d’user de tous les médiums et de toutes les techniques pour se faire entendre mais aussi combien depuis la Renaissance florentine il est devenu un ingénieur au sens large s’inscrivant dans le présent de la science. Chaque création renferme un réseau de câbles, des organes fonctionnels tels que batteries, automates, toute une connectique aisément assimilable aux éléments constitutifs du corps humain.

 

“Un artiste devient contemporain dès qu’il vit et agit dans le présent.” Donato Piccolo

 

Quel que soit l’outil de l’artiste, souligne Donato Piccolo, il est issu d’une technique, de la fabrication d’un pinceau, de la recherche chimique afin de donner à la texture de la peinture éclat et longévité, pour donner au regard l’impression d’entrer dans une perspective ou le rendu d’une carnation. Exprimer la profondeur de l’âme comme l’inscription de l’homme dans la mécanique universelle nécessite une maîtrise et un savoir-faire transdisciplinaire. Il ne s’agit pas pour Donato Piccolo de créer de simples automates, d’imiter la vie ou de fabriquer des êtres capables de reproduire mécaniquement une gestuelle. La vie ne peut se suffire d’un simple artefact. La vie est une dynamique, nous échappe, s’émancipe de son géniteur. Elle est présente dans le dialogue et les affects qu’elles suscitent. Elle a pour Donato Piccolo le caractère irréductible à la science, elle a besoin d’un flux, d’une énergie, d’un environnement, de ce contact avec l’autre.

Ainsi d’une mécanique toute fonctionnelle évoquant la marche, l’artiste donne une vision toute métaphysique par le fait que celle-ci flotte au-dessus d’une nuée. La science peut générer une poétique très forte, aux accents même romantiques. Donato Piccolo en révèle même le caractère surnaturel dans un dessin où un éclair vient alimenter de son flux vital toute une machinerie rappelant le Frankenstein de Mary Shelley, mais aussi La Création d’Adam par Michel-Ange. Donato Piccolo crée des « machines émotionnelles » dotées d’une identité très forte, capables de s’exprimer, de se déplacer chacune à leur manière et réagissant toujours différemment à la rencontre d’un obstacle. Des comportements qui, bien que programmés, semblent toujours se développer au-delà de la volonté de leur créateur pour mener leur propre vie. Il montre que l’homme ne s’est jamais contenté de produire des machines et que tout processus de création est un vecteur d’émotion. Une émotion qui passe par le langage qu’émet chaque création et qui est reconnaissable. Une humanité révélée quand s’installe une forme de complicité à la machine, quand il est possible de jouer avec elle et qu’au final se crée une forme d’attachement.

Les oeuvres de Donato Piccolo nous montrent combien l’histoire de l’homme peut se raconter aussi bien à travers ses machines que leurs dessins, qu’elle s’inscrit tout autant dans l’histoire des arts décoratifs que dans ses préoccupations existentielles, dans sa pensée du futur, dans ses élans transhumanistes, dans ses utopies sans cesse renouvelées. L’une d’entre elles étant cette capacité à allier éléments naturels et technologiques et de mettre un terme à ce présupposé qui les rend irréductibles l’un à l’autre. Pour Donato Piccolo, cette opposition revient à oublier que la technologie n’a fait qu’exploiter les différents états de la matière, liquide, gazeux, fossile. Des matériaux auxquels l’artiste par ces créations tout en donnant une forme, révèle le potentiel énergétique et ainsi ce flux capable d’animer toute création.

 

“L’artiste est celui qui donne forme à quelque chose qui n’existe pas.” Donato Piccolo

 

Des formes que l’artiste fait exister à travers des concepts, des formules et autres algorithmes. Il développe une vision sous différents points de vue de l’ensemble des recherches des sciences, humaines et technologiques. Il rend perceptible comment l’évolution des formes a accompagné à travers le temps et l’avancée des techniques, des arts et de la pensée. Un lien qui existe aussi dans les figures iconiques qui accompagnent l’homme au fil des siècles. Celle de la Joconde en est une majeure. Donato Piccolo montre ce mouvement perpétuel qui anime toute chose. D’évolution en révolution, rien n’est définitivement figé. L’icône,par sa réaffirmation d’un présent renouvelé, révèle cette évolution de la figure iconique de Botero à Martial Raysse. La Joconde devient, à l’image de notre entrée dans l’ère post-digitale et connectée, une figure de haute technologie, programmée et animée, mais qui n’a rien perdu de son humanité, figure complice et attachante. Une manière de réinterpréter notre temps présent en contextualisant une figure dont on n’aurait jamais pensé qu’elle puisse être un jour robotisée.

Texte Valérie Toubas et Daniel Guionnet © 2018 Point contemporain

 

Visuel de présentation : vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

 


Donato Piccolo vit et travaille à Rome.
Il a exposé aux 52e et 54e Biennales de Venise.
Son travail fut exposé, entre autre, au Musée MACRO de Rome, à la Fondation CINI de Venise, à la Fondation Boghossian à Bruxelles et au Musée de l’Ermitage à Saint-Petersbourg.

Il est représenté en France par la Galerie Italienne Paris

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

vue de l’exposition « Donato Piccolo - La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.
vue de l’exposition « Donato Piccolo – La Gioconda che cammina » à la Galerie Italienne, Paris. Courtesy Galerie Italienne, Paris. Photos Marco Illuminati.

 

DONATO PICCOLO À LA GALERIE ITALIENNE
4.3 (86.67%) 3 votes



32 Partages