[EN DIRECT] Early Work meets Appartement

[EN DIRECT] Early Work meets Appartement

En direct du lancement de la plateforme Early Work à L’Appartement, Paris.

Ce samedi 7 novembre 2015 était inauguré dans le 10ème arrondissement à l’Appartement le lancement d’« Early Work », une plateforme offrant une visibilité aux premiers travaux d’artistes émergents issus d’écoles d’art ou encore étudiants et proposant des œuvres à des prix accessibles. Le site s’adresse d’abord à des amateurs d’art désirant faire la découverte de jeunes talents et devenir collectionneurs sans forcément passer par le marché de l’art classique. Il témoigne d’une vision très rationnelle et cohérente de la création contemporaine. Early-Work a cette ambition perceptible d’apporter un regard nouveau sur l’art contemporain en ne nous laissant pas à distance des artistes.

Artistes : Paul Bonnet, Côme Di Meglio & Eliott Paquet, Iroise Doublet, Louis Granet, Florent Groc, Antoine Grulier & Pierre Pauselli, Amandine Guruceaga, Loup Lejeune, Hubert Marot, Thomas Péan, Pierre Seiter et Marine Wallon

 

Florent Groc, La nuit a mis plusieurs jours à tomber, Early Work meets Appartement
Florent Groc, La nuit a mis plusieurs jours à tomber, Early Work meets Appartement

Texte : Lisa Toubas pour Point Contemporain

Placée sous le commissariat de Timothée Chaillou qui a fait le choix de présenter plus d’une vingtaine d’œuvres dans un espace d’exposition qui renvoie par sa configuration à un salon propice à l’échange et à la rencontre avec les artistes et les œuvres, cette exposition marque la volonté de l’équipe d’Early Work d’accompagner les talents de la jeune création contemporaine jusqu’à son public. Une façon de matérialiser temporairement une partie du catalogue virtuel présenté sur la plateforme. L’exposition se fait ainsi le témoin de la diversité des œuvres proposées sur le site : vidéo, photographie, peinture, sculpture, dessin, textile, tous les médiums de la création étant mis à l’honneur, de l’œuvre originale au multiple.

 

Thomas Péan, Gosth, Early work meets Appartement
Thomas Péan, Gosth, Early work meets Appartement

Issue d’une série de plusieurs dessins, l’œuvre de Thomas Péan suggère la présence d’une statue au milieu d’un jardin. L’artiste sculpte par le dessin ce qu’on devine être la déesse Diane accompagnée de sa biche. Omniprésentes dans des jardins comme ceux des Tuileries, ces statues finissent par ne plus capter le regard de la foule. L’artiste joue ainsi sur l’ambiguïté qu’induit la perception. Un jeu sur l’ambiguïté que l’on retrouve dans le travail de Paul Bonnet qui questionne le travail de l’artiste et son rapport au modèle à travers une huile sur toile mêlant abstraction et figuration. Une abstraction également présente dans l’œuvre d’Iroise Doublet qui use des formes et des couleurs pour créer un nouveau langage, poétique, au service d’un récit inexpliqué et inexplicable.

Marine Wallon, Noctuelle Gamma, Early Work meets Appartement
Marine Wallon, Noctuelle Gamma, Early Work meets Appartement

Une nouvelle façon de raconter, faisant écho au travail de l’artiste Marine Wallon qui présente dans ses œuvres une histoire toujours à demi-dévoilée. Influencée par le cinéma la photographie, l’artiste s’interroge sur la mémoire de l’image numérique et sa retranscription en peinture. La sérigraphie de Loup Lejeune nous transmet quant à elle la tension caractéristique des quelques instants avant un orage. Un danger pressenti et suggéré plongeant le spectateur dans un moment d’attente infini. Clôturant la série de dessins et de peintures présentés lors de cette première exposition, le paysage de Florent Groc est l’occasion pour l’artiste de représenter les paysages qui ont marqué son enfance. A l’aide de feutres, l’artiste compose un paysage par la juxtaposition d’éléments aux couleurs vives. En choisissant d’éliminer toute profondeur, chaque partie de ce paysage semble un décor de théâtre prêt à accueillir une représentation.

 

Louis Granet, Sans titre, Early Work meets Appartement
Louis Granet, Sans titre, Early Work meets Appartement

Le tissu est mis à l’honneur à travers le travail d’Amandine Guruceaga et de Louis Granet. Ce dernier traduit le passage entre la production sur ordinateur et l’œuvre palpable par le public. Ses créations, réalisées sur Photoshop puis imprimées sur de la soie, acquièrent une préciosité ; l’impression permettant également une proximité entre l’œuvre et le public. Amandine Guruceaga quant à elle nous propose une œuvre où les motifs ont été créés à partir d’une maltraitance du tissu, à l’aide notamment de javel. L’artiste n’a ainsi plus qu’une demie-maitrise sur le résultat final.

Pierre Seiter, Sans titre, Early Work meets Appartement
Pierre Seiter, Sans titre, Early Work meets Appartement

Le travail de Pierre Seiter est l’occasion d’exposer trois photographies qui présentent la caractéristique de toujours camoufler une partie des éléments photographiés. Un dialogue s’installe alors entre l’image et le spectateur qui, dérouté par ces zones d’ombres, va néanmoins tenter de déchiffrer les éléments du récit. Un dialogue qui s’instaure aussi à travers l’œuvre de Côme Di Meglio & Eliott Paquet, une vidéo qui pousse le spectateur à expérimenter l’empathie que l’on peut éprouver face à d’autres personnes qui, dans The Space Between Us, nous sourient pendant 4 minutes.

La sculpture quant à elle se retrouve dans le travail du duo d’artistes Antoine Grulier & Pierre Pauselli, à travers un ensemble de céramiques de petite dimension. Enfin, l’artiste Hubert Marot utilise lui le plâtre pour créer une série d’éléments archéologiques contemporains.

 

Antoine Grulier & Pierre Pauselli, Cool Devil, Early Work meets Appartement
Antoine Grulier & Pierre Pauselli, Cool Devil, Early Work meets Appartement

Pour en savoir plus :

early-work.com

Visuels tous droits réservés artistes et Early Work.

Vous aimerez aussi



English English French French Italian Italian