ERRÓ MAO, STÉPHANE CORRÉARD, ÉDITIONS CERCLE D’ART

ERRÓ MAO, STÉPHANE CORRÉARD, ÉDITIONS CERCLE D’ART

Deux ans avant Warhol, Erró a contribué à faire de Mao une figure du pop art. Pour la première fois, un beau livre retrace 40 ans de tableaux chinois de l’artiste.

Né en 1932, Erró est le contemporain de l’accélération mondiale de la circulation des images, et, en parallèle, de leur dépréciation, de leur dégradation. Le moindre des mérites de sa peinture est en outre de demeurer immédiatement reconnaissable entre toutes après qu’il a usé de tous les subterfuges pour forcer les images à se combiner entre elles.

C’est ainsi qu’il a lancé des combattants Viêt-Cong à l’assaut des espaces domestiques de l’« American Way of Life » où ils pénètrent indubitablement par effraction, conquérants certes, mais demeurant des intrus, aperçus à travers une fenêtre, souvent, voire traversant promptement le living-room, sans s’y attarder. C’est également après avoir observé que Mao fut peut-être le premier homme d’Etat de l’ère médiatique à avoir su substituer à la présence réelle la dissémination de son image, le « culte de la personnalité » imposant ses avatars aux quatre coins d’un empire de dix millions de kilomètres carrés qu’il en fait le sujet de ses « Tableaux chinois » composés et peints entre 1967 et 1974.

Avec une lucidité poétique implacable il expose les vues touristiques de l’Occident, mais renvoyées systématiquement à l’arrière-plan, Mao et ses troupes trônant fièrement au-devant de la scène, posant même quelquefois en vainqueurs incontestables, débarquant triomphalement dans la baie de New York (In Front of New York), festoyant dans Oslo désert (Big Breakfast in Oslo) ou à Piccadilly, montant la garde devant Saint-Pierre de Rome (The Guardian of the Vatican) ou même envahissant ostensiblement le cadre devant un couple béat sirotant un brandy sur fond d’Empire State Building (The New York Office).

Les « Tableaux chinois » occupent une place capitale. Ils campent sur le « point d’ironie » de cette démarche unique dont c’est un mérite majeur, proposant une actualisation radicale de l’expression picturale contemporaine : élaborer une forme inédite de langage visuel non littéral « dans lequel ce qui est dit diffère de ce qui est signifié ».

L’AUTEUR

Stéphane Corréard est critique, journaliste, collectionneur et commissaire d’expositions. Il a notamment dirigé la Galerie Météo (Paris), et le Salon de Montrouge. Il contribue régulièrement à divers périodiques (Beaux-Arts Magazine, Libération Next, Particules…) ainsi qu’à l’émission La Dispute sur France Culture, et signe des textes pour de nombreux éditeurs ou institutions. Commissaire du Salon de Montrouge de 2009 à 2015, il a créé le Salon Galeristes qui connaît cette année sa deuxième édition.

Il est également l’auteur de la monographie Benjamin Spark publiée aux Éditions Cercle d’Art en 2016.

LE LIVRE

Sous une jaquette Vinyle rouge, référence explicite au Petit Livre rouge de Mao, l’ouvrage rassemble près de 120 repro- ductions présentées chronologiquement de tableaux et collages issus des diffé- rentes séries de l’artiste sur le thème de la Chine et des Chinois.
Le graphisme contemporain a été voulu délibérément épuré de manière à donner toute leur place aux mariages choisis et pertinents des œuvres.
Stéphane Corréard apporte un éclairage historique à cette œuvre atypique qu’il resitue également dans l’art de l’époque.

 

Auteur : Stéphane Corréard Édition bilingue Français / Anglais Pagination : 168 pages
Format : 24 x 30 cm
Reliure : Ouvrage broché avec jaquette Vinyl
ISBN : 978-2-7022-1089-5

Prix public : 45 €
Parution : 18 janvier 2018

ÉDITIONS CERCLE D’ART

10 rue Sainte-Anastase, 75003 Paris 01 48 87 92 12

 

 

ERRÓ MAO, STÉPHANE CORRÉARD, ÉDITIONS CERCLE D’ART
ERRÓ MAO, STÉPHANE CORRÉARD, ÉDITIONS CERCLE D’ART

 

ERRÓ MAO, STÉPHANE CORRÉARD, ÉDITIONS CERCLE D’ART
Notez cet article

Vous aimerez aussi



English English French French Italian Italian