[FOCUS] Gilbert Coqalane, (Cigogne)

[FOCUS] Gilbert Coqalane, (Cigogne)

Focus sur l’oeuvre (Cigogne) de Gilbert Coqalane.

Artiste : Gilbert Coqalane, vit et travaille à Nancy.

Oeuvre : (Cigogne), 150 x 100 x 45cm, pièce unique

Artiste autodidacte, Gilbert Coqalane interroge au travers de travaux plastiques variant les supports et s’accompagnant de performances et de publications, l’engourdissement de notre société qui n’obéit plus qu’à la norme et à la règle. L’artiste puise dans le « bon sens commun » tout un répertoire d’habitudes et d’attitudes (visuelles, routines, linéarité…) dont il éprouve les limites, de manière aussi bien fantasque que raisonnée, afin de créer des espaces de liberté.
En extérieur comme en atelier, ces œuvres jouent, le temps d’une installation éphémère dans la rue, sur la surprise et l’absurde d’une situation et agrémentent le quotidien des passants d’une bonne dose d’insolite et d’humour. Chacune de ses actions est « artistique », même si Gilbert Coqalane dit avoir une certaine difficulté à comprendre ce terme. Peut-être cette difficulté vient-elle du fait que ses gestes sont en soi des formes et que la création d’œuvre d’art est avant tout une attitude (1).
Gilbert Coqalane par ses actions, par cette capacité à éveiller le regard et l’intérêt du passant en perturbant le réel dans ce qu’il a de plus quotidien, crée un temps partagé qui est, par une forme de conscientisation, une extension du réel, le temps de l’acte de création artistique.

Propos recueillis le 27 juillet 2015 :
« La série Contenant contenu est une réflexion sur le sens de la vie au travers d’une forme unique et figée dont il analyse le langage des formes et des couleurs. L’œuvre(cigogne) est la 2ème sculpture d’une série Contenant contenu qui représente des paniers de basket. À travers cette série, j’ai voulu redéfinir la notion de contenant et contenu, de vide et de plein, de conditionnement et d’emballage. Une manière pour moi de casser les codes couleurs et les formes d’un panneau de basket : cet attachement pour le noir, le blanc et le rouge pour l’anneau.
Mon atelier artistique est à la campagne où j’ai toujours vécu. J’y ai toujours vu ces panneaux de basket qui représentent une forme d’attachement à la ville et à la jeunesse. J’ai toujours trouvé absurde leur présence là au cœur de la campagne, d’autant plus que l’aire de jeu est faite d’herbe, le plus souvent non tondue. La présence de ces terrains exprime pour moi le cloisonnement de la jeunesse des années 90.

Je me suis vraiment amusé à faire une série chronologique d’une vie humaine. Une œuvre évoque la conception puis la naissance, l’enfance, l’adolescence pour aller jusqu’à actuellement l’âge adulte. Un des panneaux représente même le monde du travail.

Le panneau (cigogne) représente la naissance, avec l’idée d’arrivée au monde. Il y a une relation entre les couleurs du panneau de basket et les couleurs de la cigogne même si cette lecture du code couleurs n’est pas évidente au premier abord (bec rouge, pattes noires et corps blanc, ndlr). Le lettrage a été mis entre parenthèse car il peut être enlevé.
Il est possible de trouver d’autres « contenant-contenu » dans ces œuvres avec la thématique du sport car je trouve très absurde de devoir s’imposer des règles pour trouver du plaisir. J’ai voulu briser puis redéfinir ces règles en apportant par une forme de liberté artistique un nouveau langage et une nouvelle identité visuelle. »

(1) en référence à l’exposition Quand les attitudes deviennent formes organisée par Harald Szeemann, Kunsthalle de Berne, 1969

Pour en savoir plus :

certifiecoqalane.net

Oeuvre : (Cigogne), 150 x 100 x 45cm, pièce unique

Expositions / projets, à venir :
– Outdoor, collective, du 03 octobre au 03 novembre 2016 : Projet  » Home 2  » Charleville Mézières
– Exposition et installation Scène de vie sauvage de Septembre à Novembre 2016 :Bibliothèque universitaire des ingénieurs Nancy
– Exposition Collective Ces animaux qu’on mange de Mars 2015 à Janvier 2016 :Muséum Nancy
– Performance  Pour réussir dans l’art, il faut (se) coucher, Juillet 2015, Le Louvre Paris
– Lancement du projet Ressources Humaines, Juillet 2015
– Structure et des Structures, exposition personnelle, mars 2015, Centre culturel Georges Pomp it up, Nancy
– Contenant Contenu, Exposition personnelle, Janv., Fév., Mars 2015, Galerie Elizabeth Couturier, Lyon
– Exposition avec le collectif Dada is not dead, décembre 2014, Nancy
– Performance Rats Bestialus et exposition collective, juillet 2014, Galerie des Pentes, Lyon
– Performance L’annonce, juin 2014, Paris
– Performance Comme un poisson dans l’eau, juin 2014, Luxembourg
– Performance Bestialus, Graphiq Night / Muséum Aquarium, juin 2014, Nancy
– 2150 mètres et installation Oiseaux, exposition personnelle, mai à août 2014, Muséum Aquarium de Nancy / Galerie Astrolabe, Nancy
– Performance Essai d’envol, mai 2014, Paris
– 1750 mètres et installation Chameau, mai 2014, Biennale internationale de l’image de Nancy.

Publications :
– 54#02 Projet dièse street art, janvier 2015.
– Poussières du Monde  / Gilbert Coqalane Jean-Luc Hinsinger Emmanuel Lemieux / Editions François Bourin, juillet 2014.
– Gilbert Coqalane écrit aux SAV , Editions François Bourin, Paris, avril 2014.

Gilbert Coqalane, Bestialu, Installation urbaine
Gilbert Coqalane, Bestialu, Installation urbaine
Gilbert Coqalane, Ressources Humaines
Gilbert Coqalane, Ressources Humaines
Gilbert Coqalane, Structure et des Structures
Gilbert Coqalane, Structure et des Structures

Photos tous droits réservés Gilbert Coqalane et Jean Charles Thomas

À lire aussi



English English French French Italian Italian