John Sanborn [FOCUS]

John Sanborn [FOCUS]

« Mon grand maître fut Nam June Paik, disciple du philosophe et compositeur John Cage qui, lui-même se réclamait de Marcel Duchamp… Or ce dernier était plus préoccupé par la concrétisation de ses idées que par la beauté du résultat » John Sanborn

Révélé par Nam June Paik, John Sanborn est artiste multimédia/vidéo, et réalisateur. Figure historique de la deuxième vague d’artistes vidéo en Amérique, aux côtes de Bill Viola, Dara Birnbaum, Gary Hill, son œuvre, est présente dans les collections de nombreuses institutions internationales, et a été diffusée sur des chaînes de télévision à travers le monde. Il vit et travaille à Berkeley en Californie.  Exposé à New York au Whitney Museum et au MoMa où ses œuvres appartiennent à la collection permanente, sa renommée est internationale. La France a déjà eu l’occasion de le célébrer à plusieurs reprises, par exemple au Centre Georges Pompidou ou au festival international d’arts numériques Vidéoformes de Clermont Ferrand.

Réalisateur de clips pour les Residents ou Grace Jones, époux de la pianiste Sarah Cahill, proche de John Zorn, le vidéaste se fait aussi librettiste pour le jeune compositeur Dorian Wallace. Le duo présente l’opéra The Temptation of St. Anthony créé à Bourges en 2016 le vendredi 23 Mars à 22h aux Bains.

John Sanborn pratique la vidéo depuis les années 70, et continue jusqu’aujourd’hui d’explorer la nature et le langage des médias  audiovisuels. Il a été un des premiers artistes en résidence au légendaire ‘TV Laboratory’ de WNET/13, programme expérimental de la télévision américaine, avec Nam June Paik, Bill Viola etc. Outre des vidéos à visée expérimentale et critique, il réalise en 1976 The Last Videotapes of Marcel Duchamp, met en image l’opéra pour la télévision de Robert Ashley Perfect Lives, collabore avec de nombreux compositeurs et artistes sonores parmi lesquels David van Tieghem, The Residents, King Crimson, Philip Glass. 

Depuis près de quarante ans, l’artiste Américain John Sanborn explore avec gaieté et sensibilité les souffrances de l’Amérique.  Sans porter un regard volontairement conceptuel, il crée, invente des expressions visuelles qui élaborent une résistance culturelle face à l’Etat.  Il défend ainsi la minorité, la diversité culturelle, les membres de la communauté Afro-Américaine, les communistes, les familles monoparentales, le milieu LGBTQ, les immigrants.

Les installations de John Sanborn utilisent des monobandes, des constructions visuelles, placent le corps au centre d’une expression  artistique. Il établie des collaborations avec chorégraphes, compositeurs, performeurs et célèbre le corps comme un instrument. Le corps est mis en scène dans un ensemble de constructions virtuoses ; la virtuosité est le principe même de John Sanborn.

Texte Gwenaël Billaud pour Point Contemporain d’après  Stephen Sarrazin, critique et commissaire d’exposition 

 

Actualités

John Sanborn expose en ce moment à la Galerie Odile Ouizeman «  John Sanborn, Un Tunnel à travers l’Olympe » du Samedi 17 mars 2018 au Samedi 28 avril 2018.

Projection et rencontre avec John Sanborn aux Bains le Vendredi 23 Mars. Plus d’infos…

John Sanborn X Souvenirs From Earth le samedi 31 mars. Plus d’infos…

 

John Sanborn [FOCUS]
John Sanborn . Courtesy artiste

Visuels tous droits réservés artiste

John Sanborn [FOCUS]
5 (100%) 3 votes