[PARTENARIAT] Prix ESADMM

[PARTENARIAT] Prix ESADMM

Entretien avec Didier Gourvennec Ogor qui nous présente le prix de l’Ecole supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée (ESADMM).

S’apprêtant à accueillir Manifesta 2020, sept ans après avoir été Capitale européenne de la culture, la cité phocéenne, déjà riche en matière culturelle, continue de faire une part grandissante à l’art contemporain avec des propositions de qualité qui attirent galeristes, curateurs et artistes nationaux et internationaux. Le galeriste Didier Gourvennec Ogor fait partie de ces acteurs qui unissent volontiers leurs forces notamment à travers le réseau Marseille-expos, une association qui rassemble près de 35 structures publiques et privées et dont l’objectif est de promouvoir l’art contemporain. Peu après avoir ouvert sa galerie en 2011 à Marseille, Didier Gourvennec Ogor rencontre Jean-Louis Connan, le directeur pédagogique et artistique de l’Ecole supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée (ESADMM) et lui propose de créer un prix de l’Ecole.

Dans quelles perspectives le prix ESADMM a-t-il été créé ?

Lorsque j’ai rencontré Jean-Louis Connan, je lui ai fait part de mon désir de mettre en place un prix, non dans l’idée de mettre en concurrence les étudiants, mais de créer une véritable émulation entre eux et une belle promotion pour l’école hors de ses murs. Le prix est aussi parti du constat qu’à la fin de leurs études, les jeunes artistes sont clairement confrontés à une forme de compétition afin de trouver leur place dans le monde de l’art. Il est important que les étudiants ne se focalisent pas uniquement sur l’aspect production et technique de leur travail mais apprennent à composer des dossiers, concevoir un book, présenter leur travail à des professionnels autres que leurs professeurs.

L’idée est d’offrir une opportunité aux artistes dans leur parcours après leur sortie d’école, par une mise en réseau. Notre volonté est d’accompagner tous ces jeunes artistes et de les aider à affronter la réalité du monde de l’art.

Comment s’est déroulée la première édition du prix ?

J’ai proposé à Jean-Louis Connan et à Jean Mangion, le directeur administratif de l’école, de mettre en place un Prix de l’ESADMM pour les élèves de cinquième année et d’exposer le travail de l’artiste lauréat dans l’espace Project Room situé à l’étage de ma galerie. Elu parmi une sélection initiale de 33 artistes, Aldric Mathieu, s’est vu récompenser par une exposition personnelle ainsi que par la production d’une sérigraphie offerte par l’Atelier de sérigraphie d’art Tchikebe. Depuis sa création en 2012, la particularité de ce prix est que chacun des partenaires puisse y contribuer selon ses compétences.

Aldric Mathieu, Fenêtre, 2012. Ensemble de quatre peintures acryliques sur toile. Dimensions variables. Courtesy Galerie Gourvennec Ogor, © Aldric Mathieu
Aldric Mathieu, Fenêtre, 2012.
Ensemble de quatre peintures acryliques sur toile. Dimensions variables.
Courtesy Galerie Gourvennec Ogor, © Aldric Mathieu

Comment le prix ESADMM a-t-il évolué au fil des éditions ?

La deuxième année, nous avons réussi à réunir plus de partenaires afin d’enrichir le Prix et faire en sorte notamment que son apport touche toutes les composantes de la vie de l’artiste. Il est en effet important que les étudiants abordent le monde de l’art par le double aspect public et privé car beaucoup d’entre eux n’envisagent d’exercer leur pratique professionnelle qu’avec l’obtention de subventions par des institutions ou de résidences artistiques publiques.

Notre volonté est d’amener une professionnalisation dans toutes les parties du travail d’un artiste, l’exposition, la commercialisation, la diffusion et la promotion de ses travaux.

La troisième année nous avons pu proposer au lauréat une exposition à la Fondation Vacances Bleues et une résidence à la Manufacture 284C et une production photographique par l’atelier Rétine Argentique avec l’idée que si l’artiste était photographe les tirages de ses photographies seraient offerts et que s’il était plasticien, il aurait la possibilité de faire un book de ses travaux.

Depuis l’an dernier, le prix est ouvert aux étudiants de cinquième année, ainsi qu’à tous les diplômés qui ont quitté l’école des Beaux-Arts depuis un, deux ou trois ans. Nous disposons à présent d’un espace dans l’espace d’exposition à Art-O-Rama dédié aux lauréats du Prix ESADMM, ce qui assure une mise en valeur et une visibilité auprès de 15 galeristes français et internationaux. Nous avons également ajouté aux récompenses la rédaction d’un texte par un critique d’art.
Nous aidons aussi le lauréat à développer un discours cohérent sur son travail, à évaluer le prix de ses oeuvres, un aspect trop souvent négligé et montrant de nombreuses incohérences. Notre souhait pour les prochaines éditions serait que le fonds communal d’art contemporain de la ville de Marseille fasse l’acquisition d’une œuvre, même si c’est pour un prix très symbolique.

Pour en savoir plus :
esadmm.fr

galeriego.com

marseilleexpos.com

Vous aimerez aussi



English English French French Italian Italian