EnglishFrançaisItaliano

Revue d'art contemporain

[ENTRETIEN] Vincent Broquaire

[ENTRETIEN] Vincent Broquaire

Entretien avec l’artiste Vincent Broquaire qui nous parle de sa pratique artistique et de sa participation à Paréidolie, le salon international du dessin à Marseille.

Les dessins et animations de Vincent Broquaire portent un regard sensible, poétique et empreint d’humour sur le monde et la condition humaine. Il étudie au travers de ses œuvres nos postures et réactions face à l’inconnu, nos errements et notre passivité face à une forme de folie qui régit notre société actuelle. Prenant souvent le contre-pied de notre perpétuel manque d’égards envers la nature, Vincent Broquaire répond avec son seul feutre noir à nos agissements et dénonce cet enfermement en la croyance aveugle en l’industrialisation et au tout numérique. Pour Vincent Broquaire, en chaque chose ou fait, se cache un mécanisme à échelle humaine, un « micro-monde » qui peut exister avec juste d’un peu d’imagination.

Comment définis-tu ta pratique artistique et peux-tu nous parler de ce choix pour le dessin et l’image animée ?
Ma pratique s’articule autour du dessin et peut se décliner en films d’animation, installation vidéos, sites web, performances et livres d’artiste.
Le medium du dessin m’a toujours attiré et intéressé. Je me suis également influencé de la photographie, du graphisme, de la sculpture, tout au long de mon parcours. Le dessin est ensuite redevenu évident vers la fin de mes études. Il a réapparu sous une forme plus spontanée et plus directe.
Ce moyen d’expression représente pour moi un outil d’exploration dont mes carnets quotidiens en sont la matière première. Les idées découlent les unes des autres et amènent à leur tour de nouvelles possibilités. Je me nourris de l’actualité, des sciences, de l’écologie, de l’actualité technologique. Les idées arrivent par de minuscules croquis et notes, qui s’accumulent au fil des pages. Ce sont parfois des ébauches de dessins, des idées d’installation et de projets, des micro-scénarios, des situations, des story-boards d’animation. Certaines idées reviennent plusieurs fois et se développent lorsque je m’intéresse à un sujet précis pendant une certaine période.
Le dessin manuel est omniprésent car il me permet de mettre une distance critique entre moi et le sujet, tel un filtre. Mais c’est aussi ma signature. Ce qui m’intéresse également est le rapport entre les nouvelles technologies qui paraissent sophistiquées et parfois inaccessibles, et l’intemporalité du dessin, son économie de moyens. Cela provoque des décalages et contrastes intéressants.

Tes travaux interrogent notre rapport aux « mondes » (cosmogonie, constellation, naturel, sociétal, du travail). Peux-tu nous parler des sujets que tu abordes dans tes dessins ?
Je vois le dessin comme un vecteur, un moyen de communication capable d’avancer et expliquer une théorie nouvelle, une conception du monde que nous n’aurions pas soupçonné jusque là, où la fiction et le réel s’entremêlent. Je m’intéresse aux rapports entre l’humain, son avancée technologique et la maitrise de son environnement. Les sujets sont multiples, à chaque fois spécifiques pour une série, une installation, une vidéo tout en gardant la même vision critique et satirique. Pour un livre ou une série de dessins, je peux aborder un fait de société, un sujet d’actualité une tendance irrémédiable pousée à l’absurde.
Dans le catalogue de Domotique (éd. xpogallery 2012), j’aborde la technologie dans nos habitations, au sein même de notre vie privée. Le livre se développe selon un catalogue d’objets absurdes et ultra-technologiques pour toute la maison.
Dans certains autres travaux, c’est également l’intrusion des technologies et le brouillage des frontières virtuel/réel que je questionne, comme dans ma performance Screen to screen (2011-2015), ou encore l’omniprésence et l’influence des interfaces numériques sur notre quotidien (vidéo Progressbar, 2013)

Que présentes-tu lors de la prochaine édition de Paréidolie à Marseille ?
Pour cette édition de Paréidolie, je présente deux séries de dessins distinctes. Dans la première série ayant pour titre « earth prints », je représente des imprimantes géantes, chargées d’imprimer le monde. Ici se forment un rocher monumental, un fragment de paysage, un élément naturel factice mais apparaissant comme la nature véritable. Sur plusieurs de ces scènes géantes, j’y intègre l’idée du temps qui s’écoule, tel un cycle de vie. Les plantes poussent, meurent et disparaissent, la houle progresse, des vagues se forment, etc. Quelques personnages gèrent cette impression et suivent la maintenance. On observe alors ces scènes surréalistes comme si elles étaient tout à fait normales et naturelles.
En regard de cette série, figure également de nouveaux dessins, où j’aborde toujours le sujet de la nature fabriquée mais avec un nouveau paramètre. Dans le dessin « Fast clipping », on peut observer le ciel se soulevant au dessus d’un paysage montagneux, créant un vide. Cela évoque à la fois la modulation et la manipulation de la nature par l’homme ainsi qu’une retouche numérique. Le titre, Fast clipping désigne un « détourage » effectué habituellement sur les logiciels de retouche d’image. Il s’agit de suivre le contour d’une forme pour ensuite l’isoler du reste de l’image pour la déplacer ou la réexploiter. Je questionne alors un paradoxe, entre retouche d’image numérique et dessin manuel. Ici le paysage se transforme au gré des fonctionnalités et se développe dans une série (drag and drop, twirl, fluidity, etc.). Il devient à la fois l’espace physique et l’espace d’un écran, une surface impalpable et modifiable à tout moment.

Artiste : Vincent Broquaire, né en 1986, vit et travaille Strasbourg. Est diplômé de ESAD de Strasbourg. Est représenté par XPO Gallery Paris.

Exposition récentes (sélection) :
2015 « Inline » résidence de production à Ekimetrics, dessin mural, Paris FR
Screen To Screen, performance, Le Shadok, Strasbourg FR
Drawing Now – salon du dessin, exposition personnelle, Le Carreau du Temple, Paris FR
2014 Cosmology, exposition personnelle, Xpo gallery, Paris
Please Wait a moment, exposition personnelle, Le Point Commun, Annecy FR
Hypersalon, exposition collective, Miami South Beach – Xpo/Transfer Gallery
Prix Sciences-Po pour l’art contemporain – sélectionné par Alexis Jacubowicz, exposition collective, Sciences-Po, Paris FR
Full Screen, exposition collective curatée par Aram Bartholl, Xpo gallery, Paris FR
Moving Image NYC, Art Fair NYC, Manatthan Chelsea, US
Unpainted, Media Art Fair, avec Evan Roth & Addie Wagenknecht, Munich DE
2013 Séquences – lancement de livre et exposition personnelle, Xpo gallery, Paris FR
The Solo Project – OFF Art-Basel, Basel CH
Cultures Electroni[k], résidence artistique, Rennes, FR
Malleability, exposition personnelle, Xpo gallery, Paris FR

Vincent Broquaire,Bay window, 2015, 42x30cm, courtesy xpogallery
Vincent Broquaire,Bay window, 2015, 42x30cm, courtesy xpogallery
Vincent Broquaire, Fast clipping, 2015, 65x45cm, courtesy xpogallery
Vincent Broquaire, Fast clipping, 2015, 65x45cm, courtesy xpogallery
Vincent Broquaire, Drag and drop, 2015, 46x34cm, courtesy xpogallery
Vincent Broquaire, Drag and drop, 2015, 46x34cm, courtesy xpogallery
Cosmogology, 2014, installation vidéo, exposition personnelle à xpogallery, décembre 2014. Photo © Vinciane Verguethen/Voyez-vous
Cosmogology, 2014, installation vidéo, exposition personnelle à xpogallery, décembre 2014. Photo © Vinciane Verguethen/Voyez-vous
Vincent Broquaire, www.loading-error.com, 2014, site internet, nom de domaine, courtesy xpogallery
Vincent Broquaire, www.loading-error.com, 2014, site internet, nom de domaine, courtesy xpogallery

Liens utiles :
vincentbroquaire.com
xpogallery.com

À lire aussi