MATHIEU MERLET BRIAND [ENTRETIEN]

MATHIEU MERLET BRIAND [ENTRETIEN]

Dans le regard que porte Mathieu Merlet Briand sur l’internaute face à la centaine de millions de réponses que peut générer en quelques secondes une seule requête, se retrouve la notion de l’être « en face d’une vision d’infini ». Une sensation de vertige devant nos écrans qui nous donnent accès à des territoires inépuisables du savoir et par là-même nous absorbe littéralement dans une succession d’informations. Mathieu Merlet Briand avoue une fascination pour Internet. Tout en privilégiant une approche conceptuelle dans son travail par une réflexion sur les enjeux des réseaux et la manière dont l’information est traitée, ses réalisations nous amènent toujours vers une sensation primaire et spontanée. En réponse à l’invitation formulée par Playground for All, l’artiste a présenté son exposition #Iceberg. À la fois laboratoire de recherche et galerie, cet espace imaginé par All Contents et dédié à la création numérique a été le contexte idéal pour mettre en action deux installations immersives.

Peut-on dire que #Iceberg est une exposition à la croisée de tes recherches…

C’est en effet la première fois que j’associe plusieurs de mes travaux antérieurs dans un même projet. 

Se retrouvent liées mes recherches abstraite des #hashtag (2017) et celle des Google Matters (2015). Qu’elles soient réalisées à partir d’agglomérés d’images recyclées issues de masses de données de la série #hashtags ou résultant des statistiques de recherche, elles sont toutes deux créés à partir de la seule requête « iceberg » tapée sur internet. La prolifération des images résultant de la recherche de ce mot me donne ma matière brute que je travaille ensuite par le biais de mes algorithmes. Le choix de ce mot résulte de mes préoccupations climatiques. L’iceberg est devenu le symbole de l’enjeu écologique de la préservation de la planète et il caractérise à lui seul les problèmes climatiques. D’autant plus qu’internet en est un nouvel acteur. Son usage participe en grande partie au réchauffement climatique par le stockage des données mondiales dans ce « cloud », ces énormes data centers extrêmement énergivores. Internet se dessine, en lui-même, comme un iceberg. Sur la partie visible nous sommes paradoxalement devant une légèreté dans l’usage du réseau alors que la partie immergée, son fonctionnement, repose sur une infrastructure titanesque invisible à notre quotidien : pour exemple les réseaux de câbles sous-marins, la mise en orbite de satellites de communication, etc. 

 

« Les images que je produis sont une métaphore pour représenter l’expérience magique d’internet avec les usages que l’on peut en avoir vis-à-vis de ce qui est caché, son infrastructure. »

 

Comment se construisent des séries de travaux comme #Hastag et Google Matters ?

La série #hastag est le résultat de jeux aléatoires ayant pour principe d’agglomérer sur un support, en conservant leurs dimensions en pixel toutes les images issues d’une requête sur internet. Je déchiquette toutes ces images et les agglomère en une image.Le hashtag renvoie à la hachure avec la caractéristique que mon outil de découpe est une donnée statistique. Je récupére mes données sur Google Images mais aussi sur Instagram, Pinterest et Tumblr. L’intérêt des réseaux est que ce sont les utilisateurs qui hashtaguent les images et non les algorithmes de Google. Ils nous permettent d’accéder à des images qui explicitent ce que peut représenter une requête dans son actualité la plus immédiate. La série des Google Matters est assimilable à un tissage où les images viennent s’entrelacer entre elles. Au lieu d’avoir des fils, j’ai des milliers d’images dont je n’utilise qu’un pourcentage infime comme pour en révéler leur essence.

Quelle est l’origine de l’image animée que tu projettes sur les sculptures #iceberg ?

Elle provient de flux vidéo récupérés sur YouTube qui sont compilés à partir de la même recherche « iceberg ». Le principe de tissage est similaire à celui des textures de la série Google Matters à la différence qu’il se fait avec un traitement continu d’une dizaine d’images en même temps, et non d’un millier, ce qui me permet aussi de jouer sur une narration. En privilégiant aux données statistiques réelles d’autres générées aléatoirement, j’accède à des formes plus illustratives qui suggèrent un flux d’informations. J’ai composé la vidéo en trois parties faisant tout d’abord un parallèle entre la navigation nautique et celle sur le web. Ensuite vient une allusion à la fonte des glaces avec l’impact d’internet sur l’environnement et enfin, la dernière partie, plus mélodieuse, je mêle des sons religieux à des images plus abstraites, pour suggérer une dimension spirituelle. Je cherche à établir par cela une représentation presque mystique entre internet et le divin. Le défilement vertical perpétuel dans la vidéo renvoie quant à lui au geste de tout web surfeur qui scrolle indéfiniment ses pages sur internet. 

Peux-tu nous parler du son qui se superpose à l’ensemble ?

Il a été fait en collaboration avec des amis designers sonores, le studio Bon Enfant Production qui ont imbriqué des sons recyclés sur internet et d’autres provenant de vidéos sur ce même principe de tissage qu’ils ont ensuite traité. Il apporte une compréhension plutôt intuitive de l’installation sans que l’on ait besoin d’intégrer des cartels explicatifs. Les sons sont ceux par exemple des craquements de la glace quand un pan de glacier s’effondre dans l’eau. Nous avons inséré aussi les cris d’exclamations des touristes qui s’extasient devant cette érosion des icebergs. Spectacle déconcertant  car synonyme du caractère irréversible de l’homme face à la catastrophe écologique.

Tu avais aussi la volonté de créer une installation immersive ?

Dans les deux salles de l’exposition, j’ai voulu créer un espace total, que tous les éléments, sculptures, images fixes ou animées, sons, concourent à une même expérience. Le travail de scénographie a porté sur les temporalités qui se sont structurées par l’habillage sonore, l’apparition de la vidéo vis-à-vis de l’éclairage. En boucle nous passons d’un espace lumineux propice à la discussion, à une diffusion vidéo soudaine, puis dans une autre salle à une expérience en réalité augmentée. Ces jeux de perturbations renvoient dans un sens à des notifications faites pour capter notre attention. Je cherche dans mon travail à représenter l’imaginaire du web surfeur, la manière dont il évolue dans cette réalité occulte, la façon dont elle est prend part à notre environnement contemporain où le digital est omniprésent et où nous sommes tous connectés les uns aux autres. Internet amène une forme de science-fiction ancrée dans la réalité. Dans mes abstractions de données je fais des analogies avec la nature,  avec les matériaux comme le granit, la stratification du marbre ou les veinages du bois, ces lignes temporelles incluses dans la matière je les compare aux courbes statistiques inscrites dans les algorithmes. Le textile, le tissage, la toile, l’entrelacement, liés historiquement à l’informatique sont aussi de fortes inspirations dans la constitution de mes travaux. Dans cette exposition, le travail en réalité augmentée, avec les casques Hololens m’ont ouvert à une nouvelle écriture et un nouveau champ de possibles, mais je suis peut-être encore plus intéressé par mes sculptures car elles sont ancrées dans le réel.

 

« Je suis fasciné par l’infinitude d’internet. Depuis nos écrans, si on compare cela aux œuvres de Mondrian, il y a toujours cette impression de ne voir qu’un fragment d’infini. »

 

Texte Valérie Toubas et Daniel Guionnet initialement paru dans la revue Point contemporain #9 © Point contemporain 2018

 

Mathieu Merlet Briand
Né en 1990.
Vit et travaille à Paris.

www.mathieumerletbriand.studio
instagram : @mathieumerletbriand

 

Visuel de présentation : Mathieu Merlet Briand, #iceberg, hololens experience, 2017. Développée avec Realtime Art et Oh.Ah. Playground For All, Paris. Courtesy artiste.

 

Mathieu Merlet Briand, #iceberg, installation, 2017. Playground For All, Paris. Courtesy artiste.
Mathieu Merlet Briand, #iceberg, installation, 2017. Playground For All, Paris. Courtesy artiste.

 

 

Lire plus d’articles sur Mathieu Merlet Briand :

 

MATHIEU MERLET BRIAND [ENTRETIEN]
5 (100%) 1 vote



0 Partages