Brussels Gallery Weekend – Édition 2018

Brussels Gallery Weekend – Édition 2018

Véritable carrefour européen de l’art contemporain entre Cologne, Düsseldorf, Londres, Paris et Amsterdam, et axe privilégié entre New York et l’étoile montante Moscou qui, à seulement trois heures d’avion, suscite un intérêt croissant, Bruxelles a célébré du 06 au 09 septembre sa rentrée de l’art contemporain.
Réunies autour d’un événement commun, le Brussels Gallery Weekend, 38 galeries et de nombreuses institutions publiques et privées dont le Musée Wiels et Kanal – Centre Pompidou ont démontré que la capitale Belge est un pôle à forte attractivité qui ne cesse de croitre tant pour les galeries que pour les artistes. Une manifestation qui a su fédérer un public averti d’amateurs et de collectionneurs, nombreux et intéressés autour de propositions originales et de qualité.

Pour cette édition, le Brussels Gallery Weekend a disposé d’un lieu de rassemblement au cœur de la capitale, l’espace vanderborght qui a accueilli Generation Brussels une exposition sous le commissariat de Louis-Philippe Van Eeckhoutte assisté de Clémence Bellisson et la très engagée et enthousiasmante A Performance Affair. Un espace où chacun peut échanger sur ses découvertes et discuter avec commissaires, organisateurs et artistes mais aussi mettre en avant des projets spécifiques ou caritatifs. Une organisation bien pensée, multidimensionnelle, ouverte sur l’extérieur et qui a su anticiper les travers souvent reprochés au monde de l’art contemporain (hermétisme, distance ou froideur, voire snobisme). Une rentrée bruxelloise portée par une réflexion sur la place de l’art et de l’artiste et qui offre une justesse dans la vision qui en est donnée.

Brussels Gallery Weekend est un événement qui souligne la forte attractivité d’une ville pour une jeune génération d’artistes qui ont la possibilité de trouver un atelier de bonnes dimensions et avoir des conditions de vie favorables, au sortir d’une école d’art. Une particularité renforcée par le fait que Bruxelles est “un peu sous le radar et non sous le Spotlight du marché“. Une ville qui offre aussi un condensé de la création contemporaine avec de nombreux musées et des galeries aux dimensions internationales.

Pour l’exposition Generation Brussels, Louis-Philippe Van Eeckhoutte a visité 50 ateliers d’artistes dont il a retenu 12 propositions qui parcourent l’ensemble des médiums avec cette volonté de montrer la manière dont les jeunes artistes contemporains s’emparent de toutes les techniques et matières. L’enjeu de l’exposition est de mettre en lumière de jeunes artistes, sortis d’école qui ne sont pas encore représentés par une galerie mais dont les travaux, le parcours, montrent une maturité dans le travail. Plus qu’un simple accrochage d’œuvres, le commissaire a pris soin de créer pour chacun des artistes, une circulation, des perspectives, “comme autant de petit solo show” et même de prolonger les cimaises pour offrir une continuité dans la découverte. Sans être soumis à une thématique, les œuvres retenues montrent une sensibilité pour “la nostalgie, pour la mémoire et pour la documentation de notre vie.”

Une mise en valeur qui commence avec l’œuvre JOY (2018) de l’artiste finlandaise Elina Salminen qui habille l’espace central du bâtiment s’appropriant l’architecture du lieu et qui se poursuit avec I saw the light inside of you (2017) qui fusionne avec la cimaise. Ce rapport de coexistence se retrouve dans le travail de Kato Six qui porte sur le maillage. À travers dessin et sculpture, la répétition du motif pare le mur de poussières de bois colorées (Background Hum, 2016). Une œuvre fragile et éphémère qui sous-tend celle de l’existence de l’œuvre et en rappelle son caractère sensible. Les œuvres de la plus jeune artiste exposée, la céramiste Antoinette d’Ansembourg née en 1994 qui travaille sur des petits écosystèmes ( Arbre cactus2018, Arbre renversé, 2018, …) présentés sur d’imposants socles en forme de roche concevant un chapelet d’îles aux “formes assez sensuelles.”  Une forme de liberté dans la disposition des œuvres qui a permis au commissaire de laisser vivre les œuvres et de créer des proximités non préméditées entre elles. Cette variété dans l’accrochage est développée par Daniel Wagener, actuellement en résidence à New York au centre de la photographie, qui prend des petits détails du monde et les expose sur différents supports tels que le métal , l’édition, le papier peint, donnant ainsi “une sculpturalité à la photo“.
Marlies de Clerck porte un regard sur les collections d’objets du Louvre que les hordes de visiteurs délaissent pour les grands maîtres de la peinture, composant de petits formats tout en s’attachant à les faire exister dans leur particularité comme de micro focus, sans hiérarchie de format, de valeur, de période. Un regard porté sur l’histoire, les techniques hors de tout cloisonnements, que l’on retrouve dans les travaux de Benjamin Installé (Tiger Juice, 2017). Ces jeunes artistes ont, souligne Louis-Philippe Van Eeckhoutte  “Cette façon toujours d’aller puiser dans un passé culturel, et dans la nostalgie des formes artistiques.” Les tissages de l’artiste français Alexis Gautier sont toujours réalisés par des artisans de différents pays. Ils montrent comment les événements de la vie s’interprètent selon les cultures. Antoine Carbonne présente Bad Guys Weekend (2013) une série de peintures aux couleurs fauves réalisées lors de sa collaboration avec la Maison Hermès. Des grands formats évoquant la partie de campagne, dont on se plaît à retrouver certaines thématiques des peintres de Barbizon ou impressionnistes, et dont on se laisse porter par une narrativité non linéaire. Pour Céline Cuvelier le récit prend la forme de l’ouverture de surveillance d’une porte de prison, définissant un horizon composé des désirs des détenues femmes de la prison Saint-Gilles à Bruxelles : prendre un bain, manger un burger, jouer du piano. Une ligne formelle à l’aquarelle racontant une histoire faite de plaisirs imaginaires (Trébucher sur l’horizon, 2018).

Texte Valérie Toubas et Daniel Guionnet © 2018 Point contemporain

 

Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Antoinette d'Ansembourg- Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Antoinette d’Ansembourg – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Kato Six - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Kato Six – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Daniel Wagener - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Daniel Wagener – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Elina Salminen - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Elina Salminen – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Marlies de Clerck - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Marlies de Clerck – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Antoine Carbonne - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Antoine Carbonne – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Alexis Gautier - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Alexis Gautier – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Benjamin Installé - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Benjamin Installé – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Hadrien du Roy - Generation Brussels - vue d'exposition - Espace Vanderbroght Brussels - Photo Point contemporain
Hadrien du Roy – Generation Brussels – vue d’exposition – Espace Vanderbroght Brussels – Photo Point contemporain

 

Plus d’articles :

 

Brussels Gallery Weekend – Édition 2018
5 (100%) 5 votes



0 Partages