Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général, La Chaux-de-Fonds

Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général, La Chaux-de-Fonds

Horsmen and fake, Une apocalypse contemporaine

Il est des lieux que l’on aime défendre et accompagner. Des êtres, des espaces, des atmosphères dans lesquels s’incarnent énergie, pertinence et douceur. Le QG, Centre d’art contemporain, fait partie de ces lieux dont la directrice, Corinna Weiss, épaulée d’une jolie équipe, mène les projets avec qualité et vigueur. Elle déploie force d’inventivité et d’énergie pour accueillir des artistes tout autant Suisses que Français, connus ou moins. Une attention réelle à une jeune génération de créateurs se maille dans ce lieu dont les espaces étonnants, d’anciens abattoirs(1), chargent chaque proposition d’exposition d’un sens singulier.

C’est dans ce contexte que le QG offre à Yannick Lambelet l’occasion d’une exposition personnelle, fruit d’une résidence de l’artiste en Argentine. Cyril Tissot, délégué aux affaires culturelles de La Ville de La Chaux-de-Fonds lui offre une bourse en 2016 et un séjour en Argentine pour étudier une ville et une histoire pour le moins particulières. Articulant psychanalyse, histoire biblique et jeux vidéo, le projet de l’exposition prend appui sur la redécouverte de la ville d’Epecuen. Celle-ci, après avoir été engloutie en 1985 par des pluies diluviennes qui la recouvrirent de 10 m d’eau en quelques heures, fut l’objet d’une grande redécouverte depuis 1993, année où les eaux commencèrent à se retirer. Cette cité thermale de la province de Buenos-Aires recèle à elle seule tout ce que les fantasmes de morts-vivants peuvent rêver de contenir. L’idée d’une apocalypse contemporaine, l’angoisse d’expérimentations menées par le gouvernement,  tout un tas de possibles où la théorie du complot croise les croyances les plus naïves.

À cet instant il faut se souvenir que l’Argentine est un peu la deuxième patrie de la psychanalyse. Les cristallisations inconscientes livrent leurs torpeurs et leurs peurs, leurs fantômes, spectres et monstres qui hantent du plus lointain de l’histoire de l’humanité les sociétés contemporaines. De fait l’histoire de cette cité « blanche » dont la pâleur spectrale  engourdit les sens invite l’imaginaire créateur à produire d’étranges présences. Fake ou réalité, c’est sur ce liant que s’appuie Yannick Lambelet pour produire l’exposition actuellement proposée.

Dans son texte « Le zombie : du rituel vaudou au monstre mainstream », Axelle Bianchi rappelle le processus de zombification : « celui-ci consiste, de manière simplifiée, à droguer le scélérat avec l’effet escompté de le faire passer pour mort en affaiblissant sa respiration ainsi qu’en diminuant son rythme cardiaque. Inanimé, le corps est inhumé pour ensuite être déterré vingt-quatre heures plus tard et animé à nouveau à l’aide d’une autre « potion ». Si l’individu zombifié retrouve ses fonctions motrices, il aurait toutefois perdu toute conscience. Il serait alors utilisé pour travailler dans les champs, plongé dans une sorte de coma. Dénué de libre-arbitre, léthargique, le zombie haïtien perdrait également son nom, son identité et tous ses biens. Ce rituel, né à la fin du XVIIIème siècle, est toujours pratiqué aujourd’hui puisqu’on dénombre, dans le pays environ mille cas de zombification par année». Alors en effet, où commence la fiction dans la proposition de Yannick Lamberet ? Peut-être n’est-ce pas la bonne question. Les peintures ici présentées sont bien plus des fictions intérieures renvoyant au parcours d’enfance et d’adolescence du jeune artiste. Et le voyage, le départ vers  la ville d’Épecuen nous apparaît ici finalement comme métaphore, à la fois double et prétexte pour Yannick Lambelet afin de tenter de mettre à plat, au sens propre comme au sens figuré, ses propres peurs, d’imaginer pouvoir les démystifier et dépasser par une forme de contournement « post » comme l’explique Walter Tschopp dans le texte qu’il consacre à l’exposition.

Le projet s’ouvre sur un mur splendide de quatre peintures représentant les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse. Yannick Lambelet a ici la délicatesse d’inviter trois peintres à produire avec lui suivant quatre régimes d’images différents(2), les quatre Cavaliers : Michael Rampa, Yannick Lambelet, David Weishaar et Sebastien Mettraux. Chacun y va de ses modalités, jonglant entre contraintes imposées (format, orientation du cheval etc) et spécificité de sa peinture pour offrir un pan de mur qui semble contredire le fatalisme de la destruction de l’humanité en témoignant de la richesse d’inventions picturales et de la réflexion personnelle de chacun. C’est avec virtuosité et inscription dans la grande histoire de la peinture que Michael Rampa ouvre la voie avec son Cavalier blanc, celui de la Conquête. Le raffinement de la déclinaison de sa palette pâle et des blancs est étayé par une composition qui ouvre des miroitements d’espaces picturaux. Les plans flottants de pure matière libèrent la peinture de la seule image.

Des abattoirs d’Epecuen à ceux de La Chaud-de-Fonds, juste un espace virtuel franchi d’un galop par les Cavaliers de l’Apocalypse. La peinture de Yannick Lamberet ouvre une réflexion aussi sur notre statut de zombie dans la société contemporaine, ce que son parcours d’adolescent en prise avec les jeux vidéo vient mettre en miroir. Exposition à voir jusqu’au 9 décembre 2017.

(1) Voir article http://pointcontemporain.com/direct-pan-quartier-general-chaux-de-fonds

(2) Yannick Lamberet élabore ses peintures à partir d’images trouvées sur internet, David Weishaar inverse ici une image tirée d’un plan de Twin Peaks Fire Walk with me, Sebastien Mettraux conçoit sa peinture à partir d’un logiciel 3D et Michael Rampa travaille d’observation directement sur le modèle et construit d’imagination son espace pictural.

Texte Laurence Gossart © 2017 Point contemporain

 

Infos pratiques

POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS,
Exposition personnelle de Yannick Lambelet

L’exposition est soutenue par la Erna und Curt Burgauer Stiftung, Zürich.
 
Du 03 novembre au 09 décembre 2017
Du Mercredi au dimanche 14h00-18h00
 
QUARTIER GÉNÉRAL
Les anciens abattoirs
Rue du Commerce 122
2300 La Chaux-de-Fonds

http://www.q-g.ch


Yannick Lambelet
Né en 1986 à Yverdon-les Bains, Suisse.

Vit entre Londres et La Chaux-de-Fonds.

http://www.yannicklambelet.com/index.html

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La  Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, POST-APOCALYPTIC HOLIDAYS, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Michael Rampa - Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La  Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Michael Rampa – Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La  Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

David Weishaar - Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La  Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
David Weishaar – Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Sébastien Mettraux - Vue de l'exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La  Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.
Sébastien Mettraux – Vue de l’exposition personnelle de Yannick Lambelet, Quartier Général La Chaux-de-Fonds. Photo Nathan Lopez.

 

Vous aimerez aussi



English English French French Italian Italian