Black Dolls – Qui a peur des poupées noires ?

Black Dolls – Qui a peur des poupées noires ?

La Maison Rouge expose jusqu’au 20 mai la collection de poupées noires de l’Américaine Deborah Neff. Ce thème vous semble plus étroit que le tour de taille (blanche) de Barbie ? Et pourtant, à partir de cet ensemble unique, la commissaire Nora Philippe développe un écheveau de questionnements qui vont bien au delà du jeu d’enfants.

Visages secrets, mains cachées

La problématique de la représentativité ne date pas d’hier. Dès la fin du XIXe siècle, des éditorialistes noirs exhortent les parents à offrir des poupées noires à leurs enfants, pour qu’ils puissent s’y reconnaître. Mais les enfants préfèreraient les poupées blanches – et c’est encore le cas en 1939, lorsqu’une étudeprésente à de tout jeunes afro-américains une poupée blanche, systématiquement associée aux caractéristiques « belle, gentille », et une noire « laide, méchante ». Ses résultats, dont des images poignantes (datant d’une version de 2008) sont projetées dans le film qui clôt l’exposition, seront utilisées pour démontrer les effets persistants de la ségrégation sur l’image et l’estime de soi.

Puisqu’il n’existe pas, avant la toute fin du XIXe siècle, de poupées noires ne présentant pas des traits clairement racistes, une hypothèse est que les nounous noires vont les coudre elles-mêmes, à partir de chutes de tissus ou de poupées blanches. Mais est-ce bien elles ? On ne sait en réalité pas qui a produit ces poupées, où elles sont apparues, comment elles circulaient. L’exposition livre une belle réflexion sur l’histoire de l’absence et la force des archives. Comment se construire une histoire quand les sources primaires, déconsidérées pendant si longtemps, ont largement disparu ? Comment représenter au centre ce qui était à la marge ?

 

Black Doll, Poupée noire, Auteure inconnue, Poupée aux bottines rouges, États-Unis, fin du XIXe siècle. Textiles divers, verre. Photo : Ellen McDermott, New York City
Auteure inconnue, Poupée aux bottines rouges, États-Unis, fin du XIXe siècle. Textiles divers, verre. Photo : Ellen McDermott, New York City

 

 

Mignonne comme une poupée aveugle

Disséminées dans l’espace, deux cent poupées aux styles variés : on retrouve de simples bouts de tissus qui évoquent les idoles cycladiques, mais aussi des mini-personnages qui portent des costumes très travaillés. Il y en a des molles et des dures, des petites et des grandes, des simples et des doubles. On ne boude pas son plaisir à les examiner, choisir ses préférées, s’imaginer les manipuler…

Certaines poupées ont une charge conceptuelle évidente, telle cette intrigante poupée blanche qui porte un masque noir amovible soigneusement brodé, ou les poupées « topsy-turvy » qui ont deux têtes noires et blanches opposées. D’autres sont plus grimaçantes, comme les poupons noirs pleurant, un peu inquiétants.

C’est qu’une poupée est à la frontière entre l’humain et l’objet, l’inanimé et l’imaginaire. Elle est sensée nous représenter, mais elle est toujours un peu décalée. Rassurante quand on la serre dans nos bras, ses yeux fixes provoquent le trouble.

 

 

Black Doll, Poupée noire, Photographe anonyme, photographie format carte de visite, Burnham Studio, Norway, Maine, Etats-Unis, circa 1870-85. Photo : Ellen McDermott, New York City
Photographe anonyme, photographie format carte de visite, Burnham Studio, Norway, Maine, Etats-Unis, circa 1870-85. Photo : Ellen McDermott, New York City

 

 

En plus des poupées elles-mêmes, la collection comporte un fonds d’étranges photographies présentant des enfants blancs avec une poupée noire. Une compagne, un objet représentant la domination symbolique sur le noir, un membre de la famille ? Qu’est ce qu’elle faisait à l’enfant dans le jeu ? Qu’est ce qu’elles nous disent à nous, public parisien du XXIe siècle ? 

La poésie de Nicole Sealey nous répond – mais je vous laisse la découvrir, au milieu de poupées pas si muettes que ça…

(1) http://www.naacpldf.org/brown-at-60-the-doll-test

Texte Renée Zachariou © 2018

 

Infos pratiques

Exposition BLACK DOLLS LA COLLECTION DEBORAH NEFF

 du 23 février au 20 mai 2018

Commissaires :
Nora Philippe
Deborah Willis (Conseillère scientifique)

La maison rouge
10 boulevard de la bastille
75012 Paris

http://lamaisonrouge.org/fr/la-maison-rouge/

 

Visuel de présentation : Black Doll, Poupée noire. Auteure inconnue, Poupée portant une robe tunique à motifs, États-Unis, circa 1er quart du XXe siècle. Coton. Photo : Ellen McDermott, New York City

 

Black Dolls – Qui a peur des poupées noires ?
5 (100%) 2 votes



English English French French Italian Italian