[FOCUS] Jerome Cavaliere, Entretien avec une oeuvre d’art

[FOCUS] Jerome Cavaliere, Entretien avec une oeuvre d’art

Focus sur la série d’oeuvres Entretien avec une oeuvre d’art de Jerome Cavaliere.

Artiste : Jerome Cavaliere, né en 1979, vit et travaille à Marseille. Diplômé DNAP (2007) et DSNEP (2009) de l’Ecole Supérieure d’Art – Grenoble (France), sélectionné pour le 60ème Salon de Montrouge (2015).

Sur une invitation de la GAD et dans le cadre de l’exposition collective Life Ain’t Fair, Jerome Cavaliere propose trois toiles de sa série Entretien avec une oeuvre d’art que nous lui avons demandé de nous présenter :

La série Entretien avec une œuvre d’art, commencée en 2012, compte pour l’instant 10 œuvres. Je reproduis à l’identique la toile emblématique du travail d’Olivier Mosset Le cercle noir sur fond blanc que j’utilise comme cible pour faire du tir à l’arc, à la manière d’un ready-made inversé. Tireur de haut niveau, je voulais utiliser cette habileté à manier un arc à des fins artistiques de la même manière que je le ferai d’un pinceau, d’un appareil photo ou d’une caméra. Cette série est la première qui allie ma pratique artistique avec ma pratique sportive.

Cet acte de reproduire une oeuvre d’art s’apparente quelque peu à une activité de faussaire …
À l’Ecole des Beaux-Arts, j’étais passionné par les œuvres d’artistes que je ne pouvais pas acquérir en raison de leurs prix très élevés (Olivier Mosset, On Kawara, Robert Filliou). Le seul moyen de les posséder était alors de les reproduire. Je lisais à cette époque l’ouvrage de Walter Benjamin (1) et je voyais dans cet acte une passerelle entre ma sensibilité, ma pratique et l’intention de l’artiste. J’ai donc commencé à constituer ma propre collection en portant une réflexion sur la notion de propriété de l’œuvre d’art.
J’ai également créé un site internet Art at home qui présente des fiches pratiques téléchargeables gratuitement permettant de reproduire soi-même des travaux de Richard Long, Olivier Mosset, Claude Closki et Robert Filliou. Ces fiches pratiques sont divisées en deux parties, une sur la réalisation technique et une sur la biographie de l’artiste avec une mise en perspective de son travail et de l’œuvre. Je tente de placer quelques idées pour que chacun puisse comprendre pourquoi Olivier Mosset a fait ce cercle noir dont il dit lui-même que c’est le degré zéro de la peinture.

Et tu ne rencontres pas de problèmes juridiques ?
C’est une question que je ne me pose pas car c’est un concept artistique. Le site ne comporte pas de publicités, les fiches sont gratuites et n’incitent pas ceux qui pourraient s’en servir à vendre leurs reproductions. J’ai même reçu de la part d’un des artistes une notice corrective concernant sa fiche. D’autre part, ces fiches ne s’adressent pas au collectionneur qui lui a le désir de posséder l’œuvre originale, mais à d’autres personnes qui elles ne sont pas dans la collection, mais que j’ai envie de sensibiliser à l’art contemporain par la pratique. Je leur donne la possibilité de comprendre et de réfléchir sur l’œuvre qu’ils sont en train de fabriquer.

Penses-tu qu’il est donc nécessaire de pratiquer l’art contemporain pour le comprendre ?
Je suis toujours dans une forme de dérision. Le rire fait partie de la désacralisation. Et d’une manière humoristique, je prends au mot ceux qui critiquent les œuvres en leur disant : si un enfant de 5 ans pourrait le faire alors vous aussi et en plus je vous explique comment  !

En somme est-ce la question de l’accessibilité de l’art contemporain que tu poses? L’art contemporain qui est la « cible » de critique, qui n’atteint pas les gens, et qui est souvent qualifié d’élitiste…
Mon travail questionne la désacralisation l’œuvre d’art tant dans le fait de les reproduire que dans le fait de les prendre pour cible. Il est légalement interdit de les copier et de les détruire. Mon travail porte sur tout un jeu de relation que je peux avoir en tant qu’artiste avec les œuvres, l’histoire de l’art et avec nos pères. Je retranscris cette relation en faisant varier les distances de tir qui sont pour ces œuvres 25m, 40m et 70m.
Dans le même esprit, la vidéo que je présente au Salon de Montrouge montre des artistes qui se battent. Là-aussi, tout en restant dans un niveau d’exigence artistique, je désacralise encore un peu plus ce milieu afin de le rendre un peu plus populaire.

Une pratique qui semble être une mise en perspective de l’acte artistique lui-même ?
Tout mon travail est une réflexion sur la posture de l’artiste et sur la place de l’art dans la société. Je suis en train de faire une pièce qui s’appelle Textes critiques. Ce sont des petits dessins au rötring qui reprennent des extraits de messages que j’ai trouvés sur des forums internet où les gens donnent leur avis sur l’art contemporain. Tous les avis étant négatifs, je cherche où se situe le blocage, s’il est dû à un rejet, à une vraie incompréhension. Toutes ces questions m’intéressent car au moment d’entrer au Beaux-Arts, je ne connaissais que Picasso, Mondrian et Maurizio Cattelan. Que connaît-on de l’art contemporain quand on ne vient pas d’une famille qui a pu vous en expliquer les fondements ?  Force est de constater qu’un vrai fossé sépare l’art contemporain des gens.

(1) Walter Benjamin, L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, 1936, Payot.

Exposition : Life ain’t fair – group show curateur Arnaud Deschin La GAD, du 29 mai au 20 juin 2015, 22 rue Visconti, 75006 Paris.
La GAD a été fondée en 2010 par Arnaud Deschin
lagad.eu

Expositions récentes :
– La confidentielle #2 du YIA Art Fair – Le Bastille Design Center – La GAD – Galerie Arnaud Deschin – Stand Collection type – Paris, 2015
– La GAD – Galerie Arnaud Deschin – Collection type – Marseille, 2014

jeromecavaliere.com

Jérôme Cavalière, Entretien avec une oeuvre d'art, Essai#01, 30 mètres
Jerome Cavaliere, Entretien avec une oeuvre d’art, Essai#01, 30 mètres
Jerome Cavaliere, Entretien avec une oeuvre d'art, Essai#02, 50 mètres
Jerome Cavaliere, Entretien avec une oeuvre d’art, Essai#02, 50 mètres
Essai #05, #06 et #07 - 70 mètres • Par Armando Cabreira, Jerome Cavaliere et Lionel Torres, 2013
Essai #05, #06 et #07 – 70 mètres • Par Armando Cabreira, Jerome Cavaliere et Lionel Torres, 2013
Jerome Cavaliere, Entretien avec une oeuvre d'art, Essai#4, détail
Jerome Cavaliere, Entretien avec une oeuvre d’art, Essai#4, détail

Photos tous droits réservés Jerome Cavaliere

Vous aimerez aussi



English English French French Italian Italian