Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

L’Îlot Leurres est une utopie, flottante comme un bouchon de pêche réalisée par l’artiste Romain Rambaud. Elle aurait pu être une installation-hommage à tous ces pêcheurs sculpteurs ayant réalisés une panoplie de leurres. Mais fatigués de leurrer en imitant des asticots, des poissons et même des mouches ; fatigués de se faire tripoter par des mains velues de pêcheurs ; fatigués d’être vus comme des faux et de l’artificiel sur les spots de frai, les leurres s’installent dorénavant « sur leur propre espace de quiétude ».

L’artiste a choisit une forme de centre de vacances à eux sur îlot, loin des brochets et des lanceurs de canne. Une terre d’asile où l’on s’exhibe et se prélasse sur des perchoirs. Oui, ces leurres, développés depuis des siècles par l’ingéniosité d’une flopée de pêcheurs, ne souhaitent plus en effet être manipulés comme des marionnettes pour danser au bout d’une fil. Ils ne souhaitent plus être cette turlutte gigotante sous l’eau et trop vite gobée par des carnassiers, ou bien n’être que de simples objets brillants ensevelis dans la vase, ou pis encore abandonnés au froid et au vent, seuls sur une branche, suite à un lancé qui aurait mal tourné. Ces leurres autonomes ne veulent plus être exploités pour dissimuler leurs hameçons à des fins morbides.

Ils remercient cependant les pêcheurs qui les ont confectionnés depuis des siècles avec des matières naturelles ou synthétiques, usant de toutes les recettes pour concevoir ces sculptures naturalistes et leur donner un semblant de mouvement réaliste.

Un DIY (Do It Yourself) en bord de rivière, comme le mentionne Isaac Walton dans son ouvrage le parfait pêcheur à la ligne en 1653 : « un objet si curieusement travaillé, si exactement reproduit que dans un courant rapide, il pouvait tromper la truite aux regards les plus pénétrants ».

Mais ce temps-là est fini, ça ne mord plus, l’ICHTHUS de nos premiers chrétiens s’en est allé avec l’eau du bain. Ces leurres revendiquent maintenant leurs truculences, par leurs couleurs saturées et chatoyantes, leurs effets de textures miroitantes et leurs poses lascives. Ils souhaitent s’exposer au grand jour et faire bronzer leurs hameçons sous un soleil de teignes. Ils veulent de « l’entertainment », des paillettes et des strass sans les assiettes et les viscères. Ils veulent pouvoir se déguiser sans qu’on leur pose des questions sur leurs genres. Ils veulent une reconnaissance de leur statut, et peut-être même se monter en association, en groupe de réflexion ou en mouvement de libération des leurres. Ils quêtent, dès à présent, les points de fuite derrière la ligne d’horizon. Et rêvent déjà de départ à la dérive vers des Cap Horn accueillants ou des rivages aux sirènes .

Texte  Jim R Fergus © 2018

 

Infos pratiques

Les Hortillonnages d’Amiens

À quelques centaines de mètres de la cathédrale gothique, les hortillonnages d’Amiens sont un ensemble de jardins flottants sur un dédale de 65 km de canaux, au cœur de la cité amiénoise.

www.hortillonnages-amiens.fr

 

 

 

Romain Rambaud, L'Îlot Leurres
Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

 

Romain Rambaud, L'Îlot Leurres
Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

 

Romain Rambaud, L'Îlot Leurres
Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

 

Romain Rambaud, L'Îlot Leurres
Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

 

Romain Rambaud, L'Îlot LeurresRomain Rambaud, L'Îlot Leurres
Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

 

Romain Rambaud, L'Îlot Leurres
Romain Rambaud, L’Îlot Leurres

 

Romain Rambaud, L’Îlot Leurres
5 (100%) 4 votes



6 Partages