KARAMI

KARAMI

Karami (からみ) est un espace de réflexion critique sur l’art contemporain au Japon. 

Karami s’intéresse aux initiatives collectives, explore des formes et des lieux inclusifs, encourage les pratiques artistiques et curatoriales au sein de stratégies décoloniales. 

Karami, en japonais, peut s’écrire de trois manières : 絡み (l’emmêlement, l’enchevêtrement, la relation),  辛味 (l’intensité du goût, le piquant), 空身 (voyager seul, sans bagage ni compagnon). 

Fidèle à cette pluralité sémantique, Karami célèbre les identités multiples et s’aventure au-delà des frontières cognitives, linguistiques et culturelles. 

Un projet éditorial porté par Fanny Fontaine, Constance Juliette Meffre et Cléo Verstrepen.

Ancienne élève de l’ENS Lyon, Fanny Fontaine est docteure en littérature comparée, traductrice de poésie contemporaine chinoise – Douleurs de Zhao Lihong et Mon âme, ta porte restée entrouverte de Ruling Zhang, Fanny Fontaine a aussi collaboré à des ouvrages sur le cinéma chinois tels Alors, la Chine sur Wang Bing, et poursuit aujourd’hui une carrière d’enseignante et de critique artistique au Japon. 

Constance Juliette Meffre est une productrice et une commissaire d’exposition indépendante. Elle fonde et dirige D.D.A CONTEMPORARY ART en 2012, structure de recherche avec laquelle elle déploie des activités d’accompagnement d’artistes à la production d’oeuvres d’art, de commissariat d’expositions et de résidences, en France et à l’international notamment en Asie. Depuis 2019, elle est copilote des Ateliers Jeanne Barret, à Marseille, un espace de 1500m2 dédié à la création, l’expérimentation, la production et la diffusion, en lien avec son village. Dans sa pratique, elle porte son intérêt aux alternatives aux discours dominants, aux détournements des technologies, aux minorités, à la contre-culture … et s’investit et encourage les pratiques curatoriales et artistiques collectives et expérimentales.

Cléo Verstrepen est doctorant.e à l’Université Vincennes – Saint-Denis (Paris 8) et chercheureuse invité.e à  l’Université des Arts de Tokyo en tant que lauréat.e de la Bourse d’Étude et de Recherche du Gouvernement Japonais (MEXT). Sa thèse porte sur les espaces artistiques impliqués dans des processus de revitalisation urbaine et d’empowerement des communautés. Son approche de la recherche est créative et intégrative, elle s’étend en dehors de la sphère académique par le biais de pratiques artistique et curatoriale. Iel rejoint la plateforme D.D.A Contemporary Art en 2021 pour accompagner l’écriture et la production de projets artistiques entre le France et le Japon. En 2022, iel devient membre de Datsuijo, espace collectif d’exposition et d’expérimentation à Tokyo.